Archives quotidiennes :

De quoi François Hollande est-il le nom ?

Bouteille à l'Amer

Un président socialiste dont le boudoir est financé par la mafia corse, telle est la situation. Une psychose Le Pen qui s’installe et se crispe. D’abord l’auroch pétainiste puis la shemale nationaliste. Le brushing blond à l’écran et la peur dans le calcif, c’est ainsi que fut élu François Hollande, le corrézien hilare.

Le bourgeois français a peur de passer pour un con auprès de ses congénères, le petit-bourgeois français d’être traité en ingénieur indien. L’ouvrier suit. Un monstre quadrupède hante la France : le chapardeur roumano-bulgare, le délinquant juvénil afro-maghrébin, le fonctionnaire budgétivore et le plombier-infirmière polonais. On cherche un protecteur. Non pas un maître, mais un GO sympa qui sortira le pays de son insignifiance. Pourquoi pas un type qui vient des clubs Témoins de Jacques Delors. Quelques copains sortis de la naphtaline Jospin et des Loges. Ça sent l’ENA et les agapes, ça sent l’oligarchie azuréenne et…

Voir l’article original 990 mots de plus

L’insurrection (islamiste) qui vient ?

Bouteille à l'Amer

Il est temps de tirer la leçon existentielle de cette série de massacres. Les trois baltringues, leurs complices et leur commanditaire n’ont pas choisi leurs cibles par hasard : des journalistes bobos, des juifs, des policiers. Il savait donc qu’ils obtiendraient l’assentiment d’une partie de la population. La configuration est simple à établir : des français musulmans dont les enfants se sont exprimés dans les  établissements,  70 selon les faux derches du Ministère de l’Education Nationale qui édite des fiches pour causer de l’actualité avec les enfants qui pourtant auraient tous communié dans le deuil et la condamnation de ces actes barbares : Ministère de la Vérité Nationale, des français antisémites (Egalité et Réconciliation), des français dhimmisés (tous ceux qui trouvent que c’est pas bien de caricaturer Allah quand même), des français indifférents (bien fait pour leur gueule).

La série des attentats était donc un appel à l’insurrection, le…

Voir l’article original 1 397 mots de plus

Fissenou S météore de la guerre raciale

Bouteille à l'Amer

Interpellé «sans heurts» à la gare TGV d’Avignon lundi, par la police du rail, Fissenou S aurait tué, seul,  une octogénaire à Chabeuil, non loin de Valence, et un couple de septuagénaires, à quelques kilomètres de là, à Montvendre. C’était sa manière à lui de fêter Noël. En outre, il aurait agressé trois personnes dans le Vaucluse, s’acharnant notamment à coups de pierre sur une femme d’une soixantaine d’années, «très grièvement» touchée et toujours dans un état grave. Lundi soir, «son état psychiatrique a été jugé incompatible avec une mesure de garde à vue et il a été placé en hospitalisation d’office sur arrêté du préfet de la Drôme», a précisé le procureur. Le suspect a un profil judiciaire «assez chargé», notamment pour des violences, des vols et du trafic de stupéfiants depuis qu’il est mineur, a précisé une autre source proche de l’enquête. «Il a été incarcéré à Fresnes…

Voir l’article original 412 mots de plus

Kada Kobili Traoré dit Bébé : un partisan discret de la guerre raciale

Bouteille à l'Amer

La série des crimes raciaux continue, chaque année en emmène son lot. Le premier s’appelait Youssouf Fofana, le deuxième Amédy Coulibaly, le troisième Fissenou S, le dernier en date Kada Kobili Traoré dit Bébé. Tous sont criminels, tous sont afro-musulmans, tous sont des hommes, tous ont été défendus par leurs familles respectives ou du moins tous n’ont pas été rejetés par elles. On en conclut qu’elles ne pensent pas avoir engendré un monstre mais un moment d’égarement. Qu’en quelques années ces quatre personnes aient commis des crimes visiblement racistes dont deux sont désignés comme l’acte d’un dément ne semble pas troubler l’opinion française. Après tout il y a Omar. Omar Sy et Omar Sy est très sympa et d’autres sont très écoutés. Ils sont sur la route et leur route est difficile mais leur mère n’a pas été défenestrée après avoir été tuée à mains nues, un soir à l’âge…

Voir l’article original 762 mots de plus