Le Coran ne s’abroge pas et les versets de haine ne sont pas à abolir

Salem Ben Ammar

Le Coran n’est pas seulement antijuif il est surtout dans le rejet de l’altérité. Il divise le monde en en deux parties, celle qui se soumet à la loi de dieu et celle qui est dans sa transgression, qui vit dans la mécréance qui englobe les Juifs, les chrétiens, les apostats et les polythéistes contre lesquels le combat est prescrit jusqu’à la victoire finale.

La solution au problème de la haine du Juif qui est aujourd’hui la partie émergée de l’iceberg intolérant musulman ne réside pas dans une quelconque réforme théologique de l’islam qui est mission impossible.

Il n’existe pas d’autorité religieuse qualifiée  ex cathedra pour déclarer désuète et inadaptée la parole d’Allah qui est censé à être le seul à l’amender ou l’abroger et ceux qui ont juste recommandé un islam à vocation libérale et adaptée aux exigences de la modernité fondé sur le Coran mecquois comme le grand…

Voir l’article original 205 mots de plus