« divines «  de Houda Benyamina

https://fr.dustreaming.com/gmjg6OW-divines

Ces islamoracailles des cités sont esclaves des objets (téléphones portables , belles voitures, etc..) et de la mailles qui permet de les acheter (ils peuvent aussi les voler, mais cela finit mal généralement ) alors ils se lanent dans la seule « activité » dont ils sont capables : le deal.

Le film finit de manière éclairante : la petite pute de Dounia supplie les pompiers blancs, gaulois, français de souche, d’éteindre l’incendie qu’elle a elle même déclenché pour unembrouille de dealers. Mais les pompiers refusent car la police qui doit les escorter n’est pas encore au complet.

Je n’ai aucun respect pour ces beurettes qui ne sont que des éponges à foutre et qui donnent leurs fesses à n’importe quel dealer armé d’un couteau . Grosses putes. Ce sont les muez eux mêmes qui le disent :

et ces sauvages qui disent tout le temps « ta mère « rien que des animaux