Archives pour la catégorie Mathesis universalis

Monde véritable, des théories scientifiques, et monde imaginaire, de la vie et de l’instinct

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/04/16/opposition-entre-monde-imaginaire-et-monde-veritable-une-difficulte-il-ny-a-de-scientifique-que-ce-qui-est-verifiable-cest-a-dire-refutable/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/04/13/progres-de-la-conscience-pilgrims-progress-du-monde-imaginaire-plan-vital-vers-le-monde-veritable/

L’opposition entre monde véritable et monde imaginaire est la deuxième opposition fondamentale de Brunschvicg :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/08/03/brunschvicgraisonreligion-seconde-opposition-fondamentale-monde-imaginaire-ou-monde-veritable/

La troisième opposition fondamentale se situe entre le Dieu imaginaire, personnel, anthropomorphique des religions, qui remontent aux temps primitifs d’avant Descartes, et Dieu divin,Idée de l’Un, Dieu des philosophes et des Savants

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/08/14/brunschvicgraisonreligion-troisieme-opposition-fondamentale-dieu-humain-ou-dieu-divin/

Ainsi le monde des religions et des nations ou des peuples, est imaginaire : c’est en ce sens que je suis universaliste.
Il n’y a d’universel que la Raison sur laquelle se fonde la science

Pour le mouvement des Gilets jaunes, se structurer, avoir des représentants revient à mourir..

Les représentants autoproclamés reçus par Édouard Philippe sont des escrocs , des échappés d’asiles qui ne représentent rien..

Le mouvement des « gilets jaunes » c’est l’immanence radicale , l’Un : or « l’Un n’est pas »c’est le résultat selon Badiou du «  Parménide » de Platon. L’ Un étant, ce serait l’ensemble de tous les ensembles, qui n’existe pas d’après le paradoxe de Russell :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_Russell

Un ensemble est par définition sans structure : y introduire de la structure ce serait y ajouter des relations entre les éléments, le transformer en une catégorie. L’ensemble , modèle de l’étant en ontologie, disparaîtrait..
c’est parce que les Gilets jaunes sont la représentation, sur le plan de l’être du monde, de l’immanence , de l’Un qui n’est pas, qu’ils ne peuvent être représentés ni structurés : ce serait le cas s’il y avait un « ensemble des Gilets jaunes » , ce qui serait contradictoire. Les Gilets jaunes ne seraient pas les Gilets jaunes s’ils constituaient un ensemble, et donc s’ils pouvaient être représentés ou structurés.

Les Gilets jaunes c’est la Liberté.. ou la Mort!

https://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/Poemes/victor_hugo/la_plume_de_satan

Alain Soral : la troisième guerre mondiale à venir

Je suis d’accord sur une seule chose : mieux vaut écouter Soral qu’Emmanuel Todd.

Je ne suis pas d’accord pour tout coller sur Israël et le sionisme : trop simpliste.

Nous savons maintenant que l’Islam est, comme le christianisme, issu du judaïsme , le judéo-christianisme des nazaréens qui admettaient certaines parties de l’Evangile en plus de la Torah . Donc il est réducteur et faux de parler de « judeo- chrétiens » ou judeo-protestants à propos d’une future alliance occidentale contre l’islam. Les judéo-chrétiens ce sont les musulmans ! Cela dit : j’ai bien précisé que je suis du côté d’Israel uniquement parce que ceux qui croient à un Messie qui unifiera l’humanité sous une règle de fer ( qui sera la Sharia) ce sont les musulmans héritiers sans le savoir des nazaréens. Mais la religion juive, d’où est sortie tout cette merde, est aussi stupide que les autres : cette stupidité c’est d’identifier Dieu étant ( le Dieu des armées ) avec l’Un, avec une notion métaphysique , c’est ce que j’appelle le mythème de l’Un :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/09/19/nouvelle-terminologie-idees-mathemes-et-mythemes/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/10/05/mythemes-de-lun-la-difference-entre-coran-et-bible/

Cela revient à coller, identifier l’être et l’un, or les deux sont incompatibles selon ces lignes de Brunschvicg (chapitre V)

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/heritage_de_mots_idees/heritage_de_mots.html

« Dieu ne naîtra pas d’une intuition tournée vers l’extérieur comme celle qui nous met en présence d’une chose ou d’une personne. Dieu est précisément ce chez qui l’existence ne sera pas différente de l’essence ; et cette essence ne se manifestera que du dedans grâce à l’effort de réflexion qui découvre dans le progrès indéfini dont est capable notre pensée l’éternité de l’intelligence et l’universalité de l’amour. Nous ne doutons pas que Dieu existe puisque nous nous sentons toujours, selon la parole de Malebranche, du mouvement pour aller plus loin jusqu’à cette sphère lumineuse qui apparaît au sommet de la dialectique platonicienne où, passant par dessus l’imagination de l’être, l’unité de l’Un se suffit et se répond à soi-même. Méditer l’Être nous en éloigne ; méditer l’unité y ramène.« 
L’un n’est pas, il doit être : l’être De l’Un, et de Dieu, est sur le registre du « devoir être « 

Que les croyants juifs soient, comme les croyants chrétiens ou musulmans, des cinglés dangereux, d’accord : mais tout coller sur la seule responsabilité des juifs , à cause de leur tribalisme , (qui est le même pour certains musulmans) non.

Au total je suis persuadé que la vérité triomphera ; et la vérité c’est que Dieu, l’Un, n’est pas. Dieu est une Idée, qui n’est pas. Et toutes ces histoires à dormir debout de Messie, de retour du Christ, sont des retours de vomi de l’antiquité De l’âge d’avant la science. La minorité nazaréenne racontait aux premiers musulmans de telles histoires : une fois Jérusalem reconquise, le Messie viendrait et prendrait leur tête pour conquérir et islamiser la Terre. Seulement il n’y a pas eu de Messie et les nazaréens ont été jugés menteurs et massacrés..

Censure sur Twitter

http://www.fdesouche.com/1051153-pourquoi-vous-avez-perdu-des-abonnes-sur-twitter

Mes deux comptes viennent d’être bloqués.

Je refuse d’envoyer un numéro de téléphone pour débloquer le compte.

Je quitte donc ce réseau antisocial , comme j’ai quitté Facebook à jamais.

La seule raison pour laquelle Internet est une avancée est la mise à disposition de tous les nouveaux articles scientifiques, par exemple sur Arxiv

https://arxiv.org

Hôtel Rwanda 2004 : le génocide de 1994 au Rwanda

Ce film est ici en vf :

https://m.ok.ru/video/93312387670

https://www.courrierinternational.com/article/2012/03/29/paul-rusesabagina-et-si-le-heros-d-hotel-rwanda-etait-un-salaud

Un autre film sur le génocide, «  Un dimanche à Kigali » :

Personne de censé ne tenterait de nier ce génocide rwandais , il y a trop de preuves, de films, de photos, de témoins. Par contre de plus en plus nombreux sont ceux qui nient le génocide hitlérien , pourquoi? Parce que les victimes sont juives, et qu’il y a tout un tas d’antisémites un peu partout, et surtout parmi les peuples musulmans.

La réalité indéniable de l’horreur de 1994 au Rwanda doit nous faire réfléchir , il existe une intéressante vidéo :

sur l’abominable site « Démocratie participative «  . Plus généralement, ce que l’on peut reprocher au « racisme » c’est selon cette vidéo de « racialiser les ethnies et les peuples «  et de confondre pluriracialité et pluriethnicité. Or la pluriracialité est une erreur, il n’y a selon cette vidéo qu’une seule race à l’intérieur de l’espèce humaine, race qui se confond donc avec l’espèce dite de l’homme de Cromagnon ou « homo sapiens » qui est la nôtre : nous sommes tous des Cromagnon , que nous soyons blancs, noirs, jaunes.. il y a eu d’autres espèces, notamment Néanderthal , ou l’homme de Florès, les néandertaliens ont eu des contacts avec Cromagnon avant de disparaître et sans doute des métissages :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Homo_sapiens

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Homme_de_Néandertal

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Homme_de_Denisova

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Homme_de_Florès

Les scientifiques répugnent à employer le terme de « race », sans doute à cause des excès auxquels cette notion a conduit par le passé. Adopter une position raciste consiste à donner aux critères physicalistes et biologiques ( dentition, forme du squelette, groupe sanguin, chevelure …) une importance cruciale, qu’ils n’ont pas, pour l’analyse de l’évolution historique des peuples.

Ce sont les phénomènes « culturels » qui prédominent dans l’évolution des groupes humains, des tribus et des peuples , aussi les racistes maximalistes ont ils tort en tentant d’isoler la partie physique, biologique, pour lui donner la prédominance . Hitler lui même déclarait « Je sais très bien qu’il n’existe pas de races pures; nous autres racistes nous voulons que les races deviennent pures, nous ne disons pas que les races sont pures », ce qui n’ est possible qu’au moyen de « lois raciales «  , interdisant le métissage.. seulement ici apparaît une difficulté : quelles sont les races ? faut il adopter une classification naïve, inspirée de l’observation des caractères physiques les plus apparents (en gros : noirs, blancs, jaunes) ou bien faut il s’inspirer des classifications, de nature statistique, de l’anthropologie qui distingue à l’intérieur de la « race blanche » plusieurs sous-groupes : alpins, méditerranéens, nordiques (dolichocéphales blonds), daliques (brachycéphales blonds), … Or les horreurs qui se sont produites au Rwanda et en ex-Yougoslavie démontrent l’inanité de ce point de vue raciste : au Rwanda ce sont des noirs qui ont massacré d’autres noirs. À Sarajevo ce sont des blancs qui ont massacré d’autres blancs qui avaient une religion ( facteur « culturel ») différente. Nous sommes au point de prendre une décision : éliminer le point de vue purement racial, ou racialiste. L’homme n’est pas un animal dans une batterie ou une étable. Cela ne veut pas dire devenir un « antiraciste moralisateur «  car justement les antiracistes ont la fâcheuse tendance à classer les humains selon la race (qui n’existe pas selon eux ) en distinguant les blancs des noirs etc.. selon les « antiracistes » les musulmans deviennent une race victime d’un racisme appelé « islamophobie » , de même l’homophobie est assimilée à un racisme, et donc les homosexuels à une race. On nage en plein absurde…

Selon le point de vue métaphysique que j’adopte, le plan des Idées, dont parlait Platon, prédomine absolument sur le plan vital, le monde de l’histoire :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/a-propos-de-ce-blog-plan-vital-et-plan-spirituel-dans-leur-dualite-qui-est-louvert/

mais ce que j’appelle ici « culturel » ne se situe pas sur le plan spirituel de l’Idée, mais fait partie, comme tout ce qui est seulement psychique, du plan vital , au même titre que les essences purement biologiques et physiques : les religions , toutes, sont enlisées sur le plan vital, elles ne sont pas assez religieuses, spirituelles.

Seulement ce point de vue « spiritualiste » est , plutôt qu’un obstacle d’ordre moralle véritable empêchement à adopter un point de vue « naturaliste », raciste : cela serait une contradiction. Dans les choses humaines, le spirituel (le plan internel de l’Idée) prime sur le « culturel » , l’ethnique particulariste, qui lui même prime sur le « naturaliste » physicaliste.

Dans l’histoire l’accés au plan spirituel de l’Idée à été donné à l’humanité une seule fois : lors de la naissance de la Science moderne au 17 eme siècle, en Europe. Cela constitua selon les mots de Brunschvicg un « déplacement dans l’axe de la vie religieuse «  :

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

« Le fait décisif de l’histoire, ce serait donc, à nos yeux, le déplacement dans l’axe de la vie religieuse au XVIIe siècle, lorsque la physique mathématique, susceptible d’une vérification sans cesse plus scrupuleuse et plus heureuse, a remplacé une physique métaphysique qui était un tissu de dissertations abstraites et chimériques autour des croyances primitives.L’intelligence du spirituel à laquelle la discipline probe et stricte de l’analyse élève la philosophie, ne permet plus, désormais, l’imagination du surnaturel qui soutenait les dogmes formulés à partir d’un réalisme de la matière ou de la vie. L’hypothèse d’une transcendance spirituelle est manifestement contradictoire dans les termes ; le Dieu des êtres raisonnables ne saurait être, quelque part au delà de l’espace terrestre ou visible, quelque chose qui se représente par analogie avec l’artisan humain ou le père de famille. Étranger à toute forme d’extériorité, c’est dans la conscience seulement qu’il se découvre comme la racine des valeurs que toutes les consciences reconnaissent également. »

C’est de cette mutation spirituelle que date la possibilité de la véritable religion, qui consiste à « renoncer à la mort » c’est à dire au plan vital : donc à établir la dualité des plans et à permettre à la conscience humaine à renoncer à la mort, au plan vital, pour le monde supérieur de l’Idée , « Royaume des cieux ». Cette religion véritable est assimilable à une pensée-selon-l’un qui s’oppose à la pensée ordinaire, selon l’être, et permet l’élévation de l’âme humaine dans l’Amour- Agapé :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/04/28/eros-est-la-negation-dagape/

https://lhommeoccidental.wordpress.com/2018/06/12/lamour-agape-est-une-pensee/

Mais la science permet autre chose : l’augmentation de la puissance d’action , économique et militaire , dans le monde

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » : c’est la seconde option , ou voie, la voie de la mort, qui fut prise par l’humanité européenne à partir du 18 eme siècle. Il y a des raisons à cela : l’une des explications est la pression constante que l’armée ottomane (y compris les pirates « barbaresques » depuis l’Afrique du Nord, protectorat turc à l’époque ) faisait peser sur l’Europe jusqu’à l’expédition militaire de 1830 . Ce n’est que grâce à la supériorité militaire que lui donnait la science que l’Europe échappa à l’islamisation . Ce que Léon Brunschvicg appelle « sociétés inférieures «  plutôt que « races inférieures «  ce sont les sociétés primitives d’avant la Science , d’avant la ligne de partage des temps qu’est le cartésianisme :

https://renatuscartesiusmathesisuniversalis.wordpress.com/descartes-la-ligne-de-demarcation-des-temps/

On peut les appeler aussi des « sociétés érotiques «  , en se rappelant que l’Amour- Agapé , que seul permet le « déplacement dans l’axe de la vie religieuse «  s’oppose à Éros . Mais comme l’Europe a pris la voie de la « Science sans conscience «  , elle est (re)devenue une « société érotique «  , surtout après 1968 (mais mêmes aux trois siècles précédents elle n’avait jamais vraiment cessé de l’être.. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme).

La véritable raison pour laquelle il faut empêcher l’immigration afro-musulmane n’est pas d’ordre racial (il n’y a pas de races supérieures, seulement des sociétés érotiques et la possibilité que l’Amour s’élève un jour ) : elle est que cette migration massive s’effectue depuis des sociétés primitives , érotiques, où tout est gouverné par Éros , et empêche, interdit toute possibilité pour l’Europe de cesser d’être une société érotique et pour l’humanité européenne de dépasser Éros pour Agapé , c’est à dire de passer de la « Science sans conscience «  à la science avec conscience , au déplacement dans l’axe de la vie religieuse, à la science non orientée vers la puissance de l’etre, mais vers la pensée amoureuse de l’Idée.

Albert Einstein, héros de la pensée, symbole de la quête de la Sagesse

Ce lien , basé sur des faits réels, ne remet pas en cause ma profonde admiration pour Einstein:

http://www., .com/1023905-les-commentaires-racistes-et-xenophobes-dalbert-einstein

Plus que de l’admiration : Einstein est pour moi, plutôt que Thales, Platon ou Spinoza, le symbole même de la recherche, à travers la physique, de cette nouvelle pensée qui est appelée par moi Amoour-Agapé:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/06/12/lamour-agape-est-une-pensee/

Cette animosité contre lui est analysée dans le livre « Einstein : un siècle contre lui «:

https://www.lajauneetlarouge.com/article/einstein-un-siecle-contre-lui#.WyIa84q-ihA

  et rattachée à l’antisémitisme. Mais elle doit être expliquée à mon avis autrement : Einstein, par sa recherche constante d’une intelligibilité de l’univers (comme Spinoza) est l’être humain qui représente le mieux ce « déplacement dans l’axe de la vie religieuse » qui remplace de Dieu-étant, idolâtrie des masses « religieuses » , par l’unité de l’être et du savoir , l’intelligibilité complète du réel , qui émerge dans la naissance d’une physique mathématique au 17ème siècle

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

« Le fait décisif de l’histoire, ce serait donc, à nos yeux, le déplacement dans l’axe de la vie religieuse au XVIIe siècle, lorsque la physique mathématique, susceptible d’une vérification sans cesse plus scrupuleuse et plus heureuse, a remplacé une physique métaphysique qui était un tissu de dissertations abstraites et chimériques autour des croyances primitives.L’intelligence du spirituel à laquelle la discipline probe et stricte de l’analyse élève la philosophie, ne permet plus, désormais, l’imagination du surnaturel qui soutenait les dogmes formulés à partir d’un réalisme de la matière ou de la vie. L’hypothèse d’une transcendance spirituelle est manifestement contradictoire dans les termes ; le Dieu des êtres raisonnables ne saurait être, quelque part au delà de l’espace terrestre ou visible, quelque chose qui se représente par analogie avec l’artisan humain ou le père de famille. Étranger à toute forme d’extériorité, c’est dans la conscience seulement qu’il se découvre comme la racine des valeurs que toutes les consciences reconnaissent également. « 

Cette quête d’unité intelligible, qui n’est autre que le véritable visage de la science, peut être appelée l’Un, à condition d’être comprise comme radicalement immanente à l’esprit, pas comme « Un séparé », comme dans les mystiques et les religions.

C’est là à mon avis la racine des sentiments contradictoires qu’éveille Einstein dans les consciences humaines : à la fois animosité et admiration craintive confinant à la terreur sacrée