Archives pour la catégorie Physique

Monde véritable, des théories scientifiques, et monde imaginaire, de la vie et de l’instinct

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/04/16/opposition-entre-monde-imaginaire-et-monde-veritable-une-difficulte-il-ny-a-de-scientifique-que-ce-qui-est-verifiable-cest-a-dire-refutable/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/04/13/progres-de-la-conscience-pilgrims-progress-du-monde-imaginaire-plan-vital-vers-le-monde-veritable/

L’opposition entre monde véritable et monde imaginaire est la deuxième opposition fondamentale de Brunschvicg :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/08/03/brunschvicgraisonreligion-seconde-opposition-fondamentale-monde-imaginaire-ou-monde-veritable/

La troisième opposition fondamentale se situe entre le Dieu imaginaire, personnel, anthropomorphique des religions, qui remontent aux temps primitifs d’avant Descartes, et Dieu divin,Idée de l’Un, Dieu des philosophes et des Savants

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/08/14/brunschvicgraisonreligion-troisieme-opposition-fondamentale-dieu-humain-ou-dieu-divin/

Ainsi le monde des religions et des nations ou des peuples, est imaginaire : c’est en ce sens que je suis universaliste.
Il n’y a d’universel que la Raison sur laquelle se fonde la science

Kant est ouaciste aussi, comme Einstein

http://www.willeime.com/noire-kant.htm

« Les Nègres d’Afrique n’ont reçu de la nature aucun sentiment qui s’élève au-dessus de la niaiserie (…) Les Noirs (…) sont si bavards qu’il faut les séparer et les disperser à coups de bâton ».
Kant, Observations sur le sentiment du beau et du sublime
« Les gens de Palestine qui vivent parmi nous se sont fait depuis leur exil, la plupart d’entre eux du moins, par leur inclinaison à l’usure, une réputation de trompeurs qui n’est que trop méritée. »

http://www.fdesouche.com/1023905-les-commentaires-racistes-et-xenophobes-dalbert-einstein

« Les journaux d’Einstein documentent ses cinq mois et demi de voyage en Chine, à Singapour, Hong Kong, au Japon et en Espagne entre 1922 et 1923. C’est la première fois que ces écrits sont mis à disposition du grand public. Le scientifique parle de science, de philosophie, d’art et de ses rencontres: « Les Chinois sont des personnes industrieuses, sales et obtuses. Ils ne s’assoient pas sur les bancs pour manger, ils s’accroupissent comme les Européens qui se soulagent dans les bois. Tout ça se passe dans le silence et la pudeur. Même les enfants sont sans âmes et obtus », lit-on dans un des extraits de ses carnets de voyage. »

https://democratieparticipative.biz/linestimable-valeur-de-la-cargaison-de-laquarius-doit-venir-en-france-video/

Albert Einstein, héros de la pensée, symbole de la quête de la Sagesse

Ce lien , basé sur des faits réels, ne remet pas en cause ma profonde admiration pour Einstein:

http://www., .com/1023905-les-commentaires-racistes-et-xenophobes-dalbert-einstein

Plus que de l’admiration : Einstein est pour moi, plutôt que Thales, Platon ou Spinoza, le symbole même de la recherche, à travers la physique, de cette nouvelle pensée qui est appelée par moi Amoour-Agapé:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/06/12/lamour-agape-est-une-pensee/

Cette animosité contre lui est analysée dans le livre « Einstein : un siècle contre lui «:

https://www.lajauneetlarouge.com/article/einstein-un-siecle-contre-lui#.WyIa84q-ihA

  et rattachée à l’antisémitisme. Mais elle doit être expliquée à mon avis autrement : Einstein, par sa recherche constante d’une intelligibilité de l’univers (comme Spinoza) est l’être humain qui représente le mieux ce « déplacement dans l’axe de la vie religieuse » qui remplace de Dieu-étant, idolâtrie des masses « religieuses » , par l’unité de l’être et du savoir , l’intelligibilité complète du réel , qui émerge dans la naissance d’une physique mathématique au 17ème siècle

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

« Le fait décisif de l’histoire, ce serait donc, à nos yeux, le déplacement dans l’axe de la vie religieuse au XVIIe siècle, lorsque la physique mathématique, susceptible d’une vérification sans cesse plus scrupuleuse et plus heureuse, a remplacé une physique métaphysique qui était un tissu de dissertations abstraites et chimériques autour des croyances primitives.L’intelligence du spirituel à laquelle la discipline probe et stricte de l’analyse élève la philosophie, ne permet plus, désormais, l’imagination du surnaturel qui soutenait les dogmes formulés à partir d’un réalisme de la matière ou de la vie. L’hypothèse d’une transcendance spirituelle est manifestement contradictoire dans les termes ; le Dieu des êtres raisonnables ne saurait être, quelque part au delà de l’espace terrestre ou visible, quelque chose qui se représente par analogie avec l’artisan humain ou le père de famille. Étranger à toute forme d’extériorité, c’est dans la conscience seulement qu’il se découvre comme la racine des valeurs que toutes les consciences reconnaissent également. « 

Cette quête d’unité intelligible, qui n’est autre que le véritable visage de la science, peut être appelée l’Un, à condition d’être comprise comme radicalement immanente à l’esprit, pas comme « Un séparé », comme dans les mystiques et les religions.

C’est là à mon avis la racine des sentiments contradictoires qu’éveille Einstein dans les consciences humaines : à la fois animosité et admiration craintive confinant à la terreur sacrée